Professionnels de santé

Découvrez ce qui constitue le modèle UNICANCER

Accédez à votre espace

Vous cherchez un Centre

Retrouvez les Centres de lutte contre le cancer sur l'ensemble du territoire

Liens utiles

Institut National du Cancer agence d'expertise sanitaire et scientifique en cancérologie

Nota Bene Cancer bulletin de veille bibliographique dans les divers domaines de la recherche sur les cancers

Onco Actu brèves sur le web anglophone

 

Tous les liens utiles

La recherche UNICANCER

La recherche UNICANCER dans le Groupe et dans les Centres

Découvrez notre activité

Quelle prise en charge des cancers en 2020 ?

De la chirurgie ambulatoire aux soins de support, découvrez les six tendances les plus structurantes pour la prise en charge des patients atteints d’un cancer à horizon 2020


 

La cancérologie traverse une révolution profonde, provoquée par l’arrivée de la médecine personnalisée, de nouvelles formes de chimiothérapie orale, du développement de l’ambulatoire.

Les Centres de lutte contre le cancer, réunis au sein d’UNICANCER, ont décidé d’identifier et de qualifier les principales évolutions des prises en charge en cancérologie d’ici à 2020 et d’en évaluer les impacts en termes de capacité des établissements (nombre de lits, effectifs…) , ainsi que du dimensionnement en nombre de personnel médical.

UNICANCER a publié en octobre 2013 les résultats de son étude prospective «UNICANCER : Quelle prise en charge des cancers en 2020 ?», qui identifie six tendances les plus structurantes pour la prise en charge des patients atteints d'un cancer à horizon 2020.

 

L’avenir de la cancérologie : un patient  et des soins  connectés

 

 


Ces évolutions impliquent pour les établissements de santé de nouveaux modes d’organisation qui soient moins fondés sur le séjour hospitalier et qui nécessitent une plus grande coordination entre tous les acteurs de la prise en charge.

Connaître précisément les principales évolutions de la cancérologie représente pour les Centres de lutte contre le cancer la meilleure manière de les anticiper et de garder ainsi leur longueur d’avance dans la prise en charge des patients atteints d’un cancer.

Télécharger le dossier de presse sur l'étude

 

Méthodologie de l'étude

Dans le cadre de l’étude « UNICANCER : Quelle prise en charge des cancers en 2020 ? », 40 experts ont été interviewés (oncologues médicaux, pharmaciens, radiothérapeutes…) entre février et juin 2013.

Afin d’avoir la vision la plus large possible, les experts sélectionnés étaient issus des Centres de lutte contre le cancer, mais aussi d’autres structures de soins en France (CHU, cliniques privées) et à l’étranger (hôpitaux spécialisés dans les traitements des cancers aux Pays Bas, aux Etats-Unis et au Royaume-Uni).

Enfin, quelques entretiens avec des professionnels de l’industrie pharmaceutique sont venus compléter ce panorama.

L’étude a été conduite sous le contrôle d’un comité scientifique composé d’experts des Centres de lutte contre le cancer représentant les différentes disciplines de la prise en charge en cancérologie.

 

 

De la chirurgie ambulatoire aux soins de support : découvrez les six tendances les plus structurantes pour la prise en charge des patients atteints d’un cancer à horizon 2020

 


Tendance 1 : Demain, la chirurgie ambulatoire sera une pratique courante en cancérologie

Quelle prise en charge des cancers en 2020 ?Aujourd'hui

La chirurgie ambulatoire permet déjà à certains patients de sortir de l’hôpital le jour même de son admission et lui offre des bénéfices reconnus en termes de confort et de sécurité des soins.

Cette modalité de chirurgie est pratiquée seulement avec l’accord du patient et sous certaines conditions, tenant compte à la fois du type d’intervention chirurgicale réalisée, des conditions de vie du patient (éloignement du domicile du patient, présence d’un accompagnant) et de l’organisation des services de chirurgie (occupation des blocs opératoires, personnel para médical pour les appels téléphoniques pré- et post opératoires).

De nombreuses études montrent les bénéfices de la chirurgie ambulatoire, dont un taux de satisfaction élevé (souvent supérieur à 90 %) du patient et de sa famille, ainsi que des professionnels de santé (97,3 % l’auraient conseillé à quelqu’un, ou se feraient opérer eux-mêmes en ambulatoire).

 

Demain

L’étude « UNICANCER : Quelle prise en charge des cancers en 2020 ? » estime que le nombre de séjours de chirurgie ambulatoire devrait plus que doubler dans les six prochaines années.

La chirurgie ambulatoire représenterait ainsi :

  • 50 % de la chirurgie du cancer du sein
  • 15 % de la chirurgie des cancers de l’ovaire
  • 15 % de la chirurgie des cancers de la thyroïde.

 

 

Tendance 2 : Demain, la radiothérapie sera plus ciblée et plus sécurisée

Quelle prise en charge des cancers en 2020 ?Aujourd'hui

La radiothérapie est une discipline en pleine mutation, tant en termes des techniques utilisées que de protocoles de traitement.

Elle est au cœur de la tendance actuelle vers une désescalade dans le traitement des cancers.

Le défi de la radiothérapie d’aujourd’hui est de permettre aux patients de bénéficier de traitements plus ciblés avec des doses délivrées à la zone malade plus efficaces et plus sécurisées car épargnant davantage les zones saines.

Cette évolution est déjà en marche dans les Centres de lutte contre le cancer qui prennent en charge près de 25 % de séances de radiothérapie en France.

Demain

La radiothérapie hypofractionnée pourrait concerner :

  • 50 % des traitements des cancers du poumon,
  • 45 % des traitements du cancer du sein,
  • 35 % des cancers de la prostate.
 
 

 

 

Tendance 3 : Demain, la chimiothérapie sera traitée par voie orale et réalisée à domicile

Quelle prise en charge des cancers en 2020 ?Aujourd'hui

Deux tendances principales se dessinent en chimiothérapie : le développement des chimiothérapies orales et des thérapies ciblées (dont une partie pourra être administrée par voie orale).

La chimiothérapie orale représente aujourd’hui environ 25 % des traitements. Elle concerne tous les traitements qui peuvent être administrés par voie orale (comprimés, solutions buvables) et que le patient peut prendre chez lui.

Les thérapies ciblées sont des traitements à base de médicaments qui agissent électivement sur des mécanismes spécifiques aux cellules cancéreuses. Pour le patient, ces thérapies présentent une meilleure efficacité et souvent moins d’effets secondaires, et sont ainsi source d’amélioration de la durée et de la qualité de vie.

Demain

Selon l’étude « UNICANCER : Quelle prise en charge des cancers en 2020 ? », avec les traitements par voie orale et les chimiothérapies en hospitalisation à domicile, il sera de plus en plus possible pour le patient de soigner son cancer chez lui. D’ici à 2020 :

  • la proportion de traitements médicamenteux par voie orale pourrait passer des 25 % actuels à 50 %, et les chimiothérapies intraveneuses pourraient diminuer de 25 %.
  • 14% des chimiothérapies pourraient se faire en hospitalisation à domicile
 

 

 

Tendance 4 : Demain, la biologie moléculaire permettra de mieux caractériser les tumeurs

Quelle prise en charge des cancers en 2020 ?

Aujourd'hui

La caractérisation des tumeurs, grâce à la biologie moléculaire, permet de préciser le diagnostic, à identifier les anomalies moléculaires en cause et à les traiter, lorsque cela est possible, avec une thérapie ciblée, c’est-à-dire spécifique de l’anomalie identifiée.

L’activité de biologie moléculaire prend une importance croissante dans la prise en charge et les traitements des cancers ces dernières années, permettant le développement des dépistages précoces, la détection de tumeurs précliniques et l’essor des thérapies ciblées.

Après le diagnostic, fait par un médecin pathologiste, de la nature maligne de la tumeur, il s’agit d’identifier grâce à des techniques de plus en plus sophistiquées des modifications moléculaires au niveau de la cellule.

Au mieux, ces anomalies sont celles spécifiques d’un traitement : c’est la thérapie ciblée. Par ailleurs, ces techniques permettent d’identifier des prédispositions génétiques de certaines populations à risque, ainsi que de caractériser les susceptibilités individuelles des patients afin de prévoir dans certains cas les réponses aux traitements, voire de prévenir certaines toxicités.

Demain

L’étude « UNICANCER : Quelle prise en charge des cancers en 2020 ? » prédit une généralisation de cette caractérisation des tumeurs et du dépistage génétique des populations à risque :

  • 50% des actes de biologie moléculaire seront pratiqués dans le cadre du diagnostic
  • 7 fois plus de patients des Centres de lutte contre le cancer verront leur tumeur caractérisée
  • +50% d’augmentation sur les effectifs de biopathologistes et d'oncogénéticiens des Centres de lutte contre le cancer pour faire face à cette croissance

 

 

Tendance 5 : Demain, la radiologie interventionnelle permettra de remplacer certains actes de chirurgie par des actes moins invasifs

Quelle prise en charge des cancers en 2020 ?Aujourd'hui

La radiologie interventionnelle représente un champ majeur d’innovation, au croisement de l’imagerie et de la chirurgie, de la technologie et de la science. Elle répond à une forte demande sociétale de proposer des traitements de plus en plus efficaces, mais aussi de moins en moins agressifs.

La radiologie interventionnelle comprend les procédures ayant pour but le diagnostic ou le traitement d’une affection, réalisées par un médecin radiologue, sous contrôle d’un moyen d’imagerie (fluoroscopie, échographie, scanner, IRM).

Dans le contexte de la cancérologie, ces techniques peu invasives permettent d’accéder à une tumeur en profondeur en utilisant les voies naturelles, le réseau vasculaire (artères ou veines) ou en choisissant un chemin court et sans risque au travers d’un organe.

Demain

L’étude d’UNICANCER montre qu'il pourrait y avoir :

  • 4 fois plus de séjours pour des actes de radiologie interventionnelle
  • 6 fois plus de consultations de radiologues interventionnels
  • +16% de temps de scanner
  • +36% de temps d’IRM

 

Tendance 6 : Demain, les soins de support seront considérés comme indispensables à tous les patients traités pour un cancer

Quelle prise en charge des cancers en 2020 ?Aujourd'hui

Les soins de support, loin d’être secondaires, apportent un accompagnement essentiel pour les patients atteints d’un cancer et sont amenés à se développer dans les années à venir.

Ces départements proposent aux patients et à leur entourage un accompagnement personnalisé grâce à l’accès à des consultations avec des diététiciens, des psychologues, des socio-esthéticiennes, des assistantes sociales mais aussi à des soins palliatifs.

La notion de soins de support désigne l’ensemble de soins et soutiens nécessaires aux personnes malades tout au long de la maladie conjointement aux traitements oncologiques spécifiques. Ils demandent une organisation coordonnée des différentes compétences impliquées dans la prise en charge des patients tout au long de leur maladie.

Pour les Centres de lutte contre le cancer, les soins de support sont indissociables d’une prise en charge de qualité du patient.

Demain

Selon l’étude « UNICANCER : Quelle prise en charge des cancers en 2020 ? », une équipe pluridisciplinaire de 18 professionnels de santé (médecins, soignants, psychologues…), par tranche de 10 000 patients, devrait être complètement dédiée à cette accompagnement :

  • 4 médecins
  • 14 professionnels non médicaux tels que des psychologues, des assistantes sociales, des kinésithérapeutes...

 

 

Plus d'informations

Télécharger le dossier de presse sur l'étude

Sources de l'étude :

- Calculs UNICANCER sur la base PMSI de l’ATIH 2012 sur les séjours avec chirurgie et diagnostic du cancer du sein.
- Atih – rapport « L’analyse de l’activité hospitalière 2012 », p. 28
- Instruction DGOS/R3 n° 2010-457
- Littérature détaillée dans le rapport « Ensemble pour le développement de la chirurgie ambulatoire » publiée par la HAS et l’ANAP en avril 2012 – P. 70 et P. 73
- ANAP – Rapport Chirurgie ambulatoire : état des lieux et perspectives, 2011

- Situation de la chimiothérapie des cancers - Rapport 2012 – Institut national du cancer – Toutes les données concernant la chimiothérapie en 2011 sont issues de ce rapport
- Circulaire DHOS n° 2005-101
- Baromètre cancer Institut Curie Vivavoice 2013 – sondage effectué par téléphone du 8 juin au 3 août 2013 pour l’Institut Curie auprès d’un échantillon représentatif de 1 008 personnes