La solidarité

Convaincus que les patients ne devraient jamais renoncer aux meilleurs soins pour des raisons financières, nos établissement de santé à but non lucratif garantissent une prise en charge globale, sans aucun dépassement d'honoraires par la stricte application des tarifs conventionnés et cherchent à financer par des dons ou des partenariats ce que l'assurance maladie ne rembourse pas.

 

 

 
 

 

Des solutions connectées qui n'excluent personne.

BORDEAUX, Institut Bergonié

Le projet e-DomSanté évalue l’apport des outils connectés pour le suivi à distance de patients habitant loin de leur Centre.

De telles recherches se concentrent parfois sur les patients à l’aise avec les outils informatiques. Ici, les personnes fragiles, âgées ou n’ayant jamais utilisé un ordinateur ont été maintenues dans
l’étude, pour mieux identifier comment lutter contre les inégalités d’accès aux soins.

 

 

 

L'activité physique entre à l'hôpital gratuitement

CENTRES D'ANGERS-NANTES, DIJON, TOULOUSE

Bon pour le moral, réduisant la fatigue et améliorant la tolérance aux traitements, le sport s’intègre aux soins. C’est grâce aux dons ou à des partenariats avec des associations, mutuelles et assurances que ces cours adaptés sont offerts aux patients.

En savoir plus sur l'activité physique adaptée

 

Hébergement abordable pour les patients qui vivent loin

MARSEILLE, Institut Paoli-Calmettes

Les patients qui vivent à plus de 100 km de Marseille et viennent au Centre pour une chirurgie ambulatoire peuvent désormais être logés à l’hôtel pour patients dans des studios confortables, contre une participation aux frais de 20 € par jour
et par appartement.

S’alliant à plusieurs organisations et fédérations hospitalières, Unicancer avait défendu la nécessité d’un cadre légal (décret de février 2017) pour ces résidences hospitalières, innovation qui avait fait ses preuves à l’étranger.

 

Une crèche pour "dépanner" les parents en traitement

ROUEN, Centre Henri Becquerel

Créée à l’origine pour accueillir les enfants des employés du Centre, la crèche du Centre s’est ouverte, à titre gracieux, aux parents qui viennent y être soignés ou encore aux proches qui visitent des patients. Si la phase test démontre un réel
besoin et la faisabilité du projet, il sera alors pérennisé.

 

 

 

Une vaste camapgne de dons pour les cancers de l'enfant

VILLEJUIF, Gustave Roussy

L’Institut souhaite améliorer les soins et la qualité de vie des enfants malades, mais aussi financer la recherche sur les cancers de l’enfant (immunothérapie, génétique). Sa fondation a donc lancé une grande campagne pour collecter 10 millions d’euros d’ici 2020.

En savoir plus sur la campagne autour des cancers de l'enfant

 

Une offre améliorée de socio-esthétique grâce à un partenariat

CENTRES DE BORDEAUX, CLERMONT-FERRAND, PARIS et SAINT-CLOUD, LYON, ROUEN

Cinq Centres pilotes ont participé à un projet pour offrir de meilleurs soins de socio-esthétique à leurs patients. Un état des lieux en 2016 a donné des pistes d'amélioration mises en oeuvre par la suite.

Pour financer et structurer le projet, Unicancer a monté un partenariat avec la Fondation L'Oréal.

 

 

Covoiturage solidaire pour se rendre à l'hôpital

CENTRES DE BORDEAUX, MARSEILLE, ROUEN, TOULOUSE

Quatre Centres promeuvent la plate-forme solidaire RoseCar, qui permet aux patients de covoiturer vers leurs rendez-vous médicaux, et dédient même parfois des places de parking pour les covoitureurs. Une solution qui permet de limiter les dépenses de transport et d’échanger avec d’autres patients et proches. D’autres Centres suivront en 2018.

Unicancer a apporté un soutien institutionnel et fait connaître le projet pour encourager la participation des Centres.

En savoir plus sur la plate-forme RoseCar

 

 

Nos valeurs

    L'humain avant tout                      L'excellence                           L'innovation                          La solidarité