Patients

Etre soigné dans un Centre de lutte contre le cancer

Découvrez notre démarche

Professionnels de santé

Découvrez ce qui constitue le modèle UNICANCER

Accédez à votre espace

Vous cherchez un Centre

Retrouvez les Centres de lutte contre le cancer sur l'ensemble du territoire

La recherche UNICANCER

La recherche UNICANCER dans le Groupe et dans les Centres

Découvrez notre activité

26/01/2018

Réalité virtuelle et applications mobiles à l’hôpital

Les Centres de lutte contre le cancer de Lyon et de Paris ont présenté deux innovations au grand public à l’occasion des Journées nationales de l’innovation en santé, en janvier 2018.

 

La réalité virtuelle s’invite à l’hôpital

Interview de Marie-Catherine Penot, Cadre de Santé, Institut Curie, Hôpital René Huguenin - Unicancer

Qui êtes-vous ?

Nous sommes des infirmières. Nous travaillons à l’Institut Curie/Hôpital René Huguenin de Saint-Cloud en SSPI (Salle de Surveillance Post Interventionnelle) et au bloc externe (actes effectués sous anesthésie locale)

Quelle est votre innovation ?

Nous utilisons la réalité virtuelle au bloc externe avant et pendant la dépose de site implantable [aussi appelé PAC, c’est un petit boîtier et un petit tuyau placés sous la peau pour faciliter l’injection régulière des médicaments de chimiothérapie].

Comment peut-elle changer la vie des patients ?

La réalité virtuelle aide à mieux supporter ces deux gestes en diminuant considérablement le niveau de stress des patients.

Comment marche-t-elle ?

C’est un dispositif constitué d’un casque audio et d’un masque sur lequel on adapte un smarphone pourvu d’une application spécifique qui plonge le patient dans un monde virtuel (milieu sous-marin) lui permettant ainsi de se détacher durant un moment du monde réel et des contraintes de l’hôpital.

Quelles seront les prochaines étapes ?

Nous souhaitons étendre l’utilisation de la réalité virtuelle pour tous les gestes anxiogènes à l’hôpital (ponction pleurale, ponction lombaire, biopsie de moelle, pose de voie veineuse difficile, pansement douloureux…..) mais aussi la proposer aux patients lorsque les délais d’attente sont importants….et à tous les patients qui le souhaitent.

 

 

MyCLB : une appli, pour un patient connecté à sa prise en charge hospitalière

Interview de Pierre Heudel, du Centre Léon Bérard

Qui êtes-vous ?

Oncologue médical spécialisé dans les cancers de la femme, j’ai également réalisé un cursus de Droit de la santé qui m’a permis de m’intéresser aux rôles des systèmes d’informations en médecine. Je travaille au Centre Léon Bérard depuis 2013, le Centre de lutte contre le cancer de Lyon. Il s’agit d’un des 20 Centres en France, réunit au sein d’UNICANCER.

Quelle est votre innovation ?

MyCLB (CLB pour Centre Léon Bérard) est le portail patient de notre centre de lutte contre le cancer. Il s’agit d’une vraie révolution digitale pour le monde de la santé : avec une application sécurisée, le patient peut se connecter de n’importe où, avoir accès à son dossier, poser des questions à l’équipe médicale et même d’envoyer des clichés d’une cicatrice par exemple, pour mieux suivre son évolution, ou encore d'évoquer rapidement les effets secondaires ressentis lors de la prise d'un traitement. Le tout avec facilité, depuis la maison. Une façon de conserver un lien toujours plus important entre l’hôpital et la ville et éviter l’isolement.

MYCLB est également un composant du projet régional myHOP, ce qui permet aux patients suivis dans plusieurs hôpitaux de la région de n’avoir qu’un seul portail-patient et donc qu’un seul mot de passe.

Comment peut-elle changer la vie des patients ?

Depuis la loi du 4 mars 2002, le patient peut avoir une copie de son dossier médical sous réserve de certaines démarches administratives. Avec myCLB, le patient a accès à l’ensemble de son dossier médical en ligne en temps réel, il peut en outre communiquer par messages de manière complètement sécurisée avec les différents professionnels de l’établissement.

La diffusion régionale du portail myHOP permet également à un patient pris en charge dans différents hôpitaux d’avoir l’ensemble des informations, comme ses prochains rendez-vous, sur un même portail.

 

 

De n’importe où, [le patient peut] poser des questions à l’équipe médicale et même d’envoyer des clichés d’une cicatrice par exemple, pour mieux suivre son évolution, ou encore d'évoquer rapidement les effets secondaires.

Pierre Heudel, oncologue au Centre Léon Bérard

 

Ce canal de communication sécurisé entre le patient et le centre Léon Bérard a permis le développement du télésuivi que ce soit dans les suites d’une chirurgie du cancer du sein ou dans le suivi des patients prenant des anti-cancéreux oraux.

Comment marche-t-elle ?

Du côté du patient, il peut se connecter soit sur un ordinateur soit sur un smartphone. La connexion est doublement sécurisée avec un mot de passe et un code d’accès temporaire. Le patient a accès à son dossier médical, ses prochains rendez-vous, les différents messages échangés avec ses professionnels de santé et aussi des questionnaires de télésuivis.

Côté Centre Léon Bérard, l’intégration de myCLB avec le dossier informatisé du patient est très forte ce qui permet que tous les échanges soient intégrés directement et automatiquement dans son dossier médical. Il n’y a donc plus de pertes d’informations.

Quelles seront les prochaines étapes ?

 Au niveau régional l’objectif est d’augmenter le nombre de structures qui vont utiliser myHOP pour communiquer avec le patient. Pour myCLB, les prochaines étapes permettront d’accélérer le développement du télésuivi avec par exemple la surveillance des voies veineuses centrales ou encore le développement de l’éducation thérapeutique du patient. A moyen terme, nous envisageons également que le patient puisse intégrer directement dans son dossier des éléments administratifs, son parcours professionnel, voire même des comptes rendus médicaux d’une prise en charge antérieure. En se projetant à plus long terme, les données des objets connectés de suivi, en lien avec la prise en charge, passeront également par ce portail sécurisé.

Contacts Presse

Gwendoline Miguel – UNICANCER - 01 76 64 78 00 – g-miguel@unicancer.fr