Patients

Etre soigné dans un Centre de lutte contre le cancer

Découvrez notre démarche

Professionnels de santé

Découvrez ce qui constitue le modèle UNICANCER

Accédez à votre espace

Vous cherchez un Centre

Retrouvez les Centres de lutte contre le cancer sur l'ensemble du territoire

La recherche UNICANCER

La recherche UNICANCER dans le Groupe et dans les Centres

Découvrez notre activité

23/10/2014

Création d’un centre universitaire de suivi des femmes à haut risque de cancer du sein et de l’ovaire au Centre Georges-François Leclerc, à Dijon

Création d’un centre universitaire de suivi des femmes à haut risque de cancer du sein et de l’ovaire au Centre Georges-François Leclerc, à Dijon

Le dépistage organisé concerne les femmes de 50 à 74 ans, et celles à « risque particulier » (5 à10 % des cas de cancers).

A l’occasion d’Octobre Rose, mois de sensibilisation du dépistage du cancer du sein, le Centre de lutte contre le cancer Georges François Leclerc, qui prend en charge près de 50% des cancers du sein de la région Bourgogne, lance le Centre Universitaire de Suivi des femmes à haut risque de cancer du sein.

 

En effet, chaque année, en France, près de 50 000 femmes apprennent qu’elles sont atteintes d’un cancer du sein et plus de 3 000 d’un cancer de l’ovaire. Ces cancers se développent le plus souvent chez des femmes ayant plus de cinquante ans, après la ménopause.

En cas de cancers à début précoce ou retrouvés chez plusieurs membres d’une même branche parentale, il va être suspecté la contribution de gènes de prédisposition. Ces gènes, lorsqu’ils sont le siège d’une mutation, entraînent un sur-risque important de cancer du sein et de l’ovaire. Ces mutations sont habituellement transmises par un parent.

Deux gènes majeurs ont actuellement été identifiés dans les prédispositions génétiques aux cancers du sein et de l’ovaire : BRCA 1 et BRCA 2 ; on estime qu’ils sont responsables de 5 à 10 % des cas de cancers.

Lorsqu’une femme est porteuse d’une mutation délétère de BRCA 1, son risque de développer un cancer du sein au cours de sa vie est de 65 % à 70 ans et son risque de développer un cancer de l’ovaire est de 40% à 70 ans. Pour le gène BRAC2, le risque est légèrement inférieur.

Il existe des mesures de prévention primaire (chirurgie prophylactique) et des mesures de prévention secondaire (surveillance dès 30 ans). De telles mesures ont un réel impact, et en particulier une baisse très significative de mortalité chez ces femmes, mais au prix d’un suivi contraignant et souvent anxiogène.

La création de ce centre universitaire de suivi a pour finalité de proposer un bilan annuel sur une journée, la femme ayant connaissance des résultats des examens réalisés le même jour et la possibilité de rencontrer l’ensemble des professionnels à sa disposition (psychologue, conseillère en génétique, médecins sénologues…).

Par ailleurs, c’est l’occasion pour elles d’obtenir des réponses plus précises et adaptées à leur situation concernant notamment l’éventualité d’une chirurgie prophylactique, (intervention pour laquelle la patiente conservera le libre choix de son chirurgien, pour une opération hors CGFL si elle le souhaite).

 

 

 

Octobre rose : découvrez chaque jour une initiative d'un Centre de lutte contre le cancer

01/10 : Lancement de Radio Curie, la webradio dédiée au cancer du sein

02/10 : Diagnostiquer en un jour le cancer du sein

03/10 : Aider les patients à parler de leur maladie avec leurs enfants : les "Mercredire"

04/10 : Améliorer la qualité de vie des femmes porteuses d’un cancer du sein - CANTO

05/10 : Odysséa, la course rose pour la recherche contre le cancer du sein

06/10 : La chirurgie ambulatoire : une tendance lourde du développement de la cancérologie dans les prochaines années

07/10 : Évaluer l’efficacité d’un traitement antidouleur chronique après une chirurgie du sein

08/10 : Conseiller les patientes atteintes d’un cancer du sein dans leur nutrition

09/10 : Éviter les interventions multiples pour un cancer du sein : la technique OSNA

10/10 : Intégrer l’immunothérapie à l’arsenal thérapeutique

11/10 : Accompagner les patients au retour à l’emploi après un cancer

12/10 : Adapter l’intensité du traitement de rayons en fonction de la tumeur : la Pink Tomo

13/10 : Identifier les relations entre notre environnement et le cancer du sein

14/10 : Accompagner la patiente avant, pendant et après une mastectomie

15/10 : Mieux informer les patients sur les essais cliniques grâce à une consultation dédiée

16/10 : Se réconcilier avec son image : les soins esthétiques

17/10 : Remplacer la chirurgie par la radiologie interventionnelle

20/10 : Conserver le mamelon après une chirurgie du cancer du sein

21/10 : Faire du sport pour lutter contre le cancer du sein

22/10 : L’étude CANTO : améliorer la qualité de vie des femmes porteuses d’un cancer du sein

Retrouvez l'ensemble des actions des Centres pour Octobre rose