Contacts presse

 

Nous écrire : presse@unicancer.fr

 

Gwendoline Miguel
Chef de projet communication et relations presse
Tél. : 01 76 64 78 00

 

RECEVOIR NOS COMMUNIQUES

 

Patients

Etre soigné dans un Centre de lutte contre le cancer

Découvrez notre démarche

Professionnels de santé

Découvrez ce qui constitue le modèle UNICANCER

Accédez à votre espace

Vous cherchez un Centre

Retrouvez les Centres de lutte contre le cancer sur l'ensemble du territoire

La recherche UNICANCER

La recherche UNICANCER dans le Groupe et dans les Centres

Découvrez notre activité

Prévention du stress au travail : Le Groupe des 20 Centres de lutte contre le cancer défend une approche globale et transversale

Les 20 Centres de lutte contre le cancer misent sur la mutualisation des expériences pour prévenir l’ensemble des risques professionnels. Un groupe d’experts composé de directeurs des ressources humaines et de médecins du travail a ainsi recensé les meilleures initiatives des Centres afin d’élaborer un référentiel de bonnes pratiques de la santé au travail. Un partenariat entre la direction des soins et la direction des ressources humaines est chargé de le mettre en œuvre dans chaque Centre.

 

Selon le Groupe des 20 Centres de lutte contre le cancer, la prévention du stress doit être traitée d’une manière transversale et intégrée dans une politique globale de santé au travail. En 2009, le Groupe a lancé un référentiel de bonnes pratiques qui regroupe les meilleures initiatives des Centres dans sept préconisations liées :

  • à l’organisation des services de santé du travail ;
  • à l’analyse et à la prévention des accidents du travail ;
  • au reclassement du personnel inapte à son poste ;
  • aux conditions de travail et à la politique sociale ;
  • à l’association des salariés dans la gestion des risques ;
  • à la prévention des troubles musculo-squelletiques ;
  • à l’association du Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) dans les démarches de prévention.

 

Denise Annandale-Massa, directrice du développement des ressources humaines de la Fédération des Centres de lutte contre le cancer (FNCLCC), estime que la gestion du stress dans les établissements de santé relève d’abord de la prévention.

 

Les conditions de travail tendues sont toujours le résultat d’un manque de prévention de l’usure. Celle-ci peut être d’origine physique ou mentale. Le stress peut ainsi être dû à une surcharge de travail, à une lacune de formation provoquant une inadéquation au poste de travail ou à une absence de motivation du salarié parce qu’il sent qu’il n’évolue plus.

 

Le référentiel de bonnes pratiques de santé au travail offre tout un arsenal de mesures pour lutter contre le stress dans les Centres : de l’embauche d’un psychologue à disposition des salariés aux formations sur la gestion du stress, en passant par la création de groupes de parole. Pour mieux identifier et anticiper les situations de tension, il présente également des initiatives comme des enquêtes sur le niveau de stress lors des visites chez le médecin du travail ou la mise en place d’indicateurs de risques psychosociaux.

 

Un partenariat entre la direction des soins et la direction des ressources humaines

Depuis 2006, le Groupe des 20 Centres s’est lancé dans l’élaboration d’une politique commune de santé et de gestion des risques professionnels de ses 16 000 salariés. Deux enquêtes ont été réalisées auprès des directeurs des ressources humaines, suivies de la création d’un groupe de travail pour rédiger des préconisations. En 2009, tous les Centres se sont engagés à mettre en œuvre au moins une des préconisations du référentiel de bonnes pratiques.

Les expérimentations sont menées par un binôme direction des soins / direction des ressources humaines.

 

La filière des soins est la plus exposée aux risques professionnels. Il nous a donc semblé indispensable d’associer d’emblée les directions des soins aux ressources humaines pour agir sur la qualité de vie au travail de nos salariés

Denise Annandale-Massa

 
 
 
 

L’objectif à terme est de signer un accord commun sur la santé au travail. Les premières négociations avec les partenaires sociaux doivent démarrer courant 2010.