Contacts presse

 

Nous écrire : presse@unicancer.fr

 

Gwendoline Miguel
Chef de projet communication et relations presse
Tél. : 01 76 64 78 00

 

RECEVOIR NOS COMMUNIQUES

 

Patients

Etre soigné dans un Centre de lutte contre le cancer

Découvrez notre démarche

Professionnels de santé

Découvrez ce qui constitue le modèle UNICANCER

Accédez à votre espace

Vous cherchez un Centre

Retrouvez les Centres de lutte contre le cancer sur l'ensemble du territoire

La recherche UNICANCER

La recherche UNICANCER dans le Groupe et dans les Centres

Découvrez notre activité

Cancer du pancréas métastatique: un traitement plus efficace, une avancée majeure de la recherche française.

Les résultats de l’étude de phase II/III Prodige 4/ACCORD 11/0102 mettent en évidence le bénéfice d’un protocole de chimiothérapie appelé Folfirinox par rapport au traitement standard, la gemcitabine, dans le traitement du cancer du pancréas métastatique avec une survie nettement allongée (2,7 fois supérieure) et sans impact négatif sur la qualité de vie. Les résultats de cette étude promue par le BECT en collaboration avec la Fédération francophone de cancérologie digestive ont été présentés lundi 7 juin 2010 à l’American Society of Clinical Oncology (ASCO) à Chicago, le congrès le plus important de la spécialité.

 

Le cancer du pancréas exocrine touche chaque année plus de 7000 personnes en France avec un pronostic très sombre. Prodige 4/ACCORD 11/0102 est un essai clinique comparatif de phase II/III, mené de janvier 2005 à octobre 2009 sur 342 patients traités pour un cancer du pancréas métastatique. Cette étude a comparé l’évolution de deux groupes de patients, l’un recevant le traitement de référence (chimiothérapie par gemcitabine), l’autre recevant un protocole nommé Folfirinox (combinaison de 4 molécules disponibles de longue date : oxaliplatine, irinotecan, 5 fluorouracile et acide folinique).

L’étude a été promue par le Bureau d’études cliniques et thérapeutiques (BECT) de la Fédération nationale des Centres de lutte contre le cancer (FNCLCC), en collaboration avec la Fédération francophone de cancérologie digestive (FFCD) dans le cadre d’un accord PRODIGE (Partenariat de recherche en oncologie digestive). Elle a obtenu le soutien de la Ligue contre le Cancer, du Programme hospitalier de recherche clinique en cancérologie (PHRC) et des laboratoires Pfizer et Sanofi pour les traitements. Le Pr Thierry Conroy, oncologue au Centre Alexis Vautrin (CLCC de Nancy), sous directeur chargé de la recherche clinique, l’a coordonnée. 48 établissements hospitaliers français ont participé à cette étude, dont 14 Centres de lutte contre le cancer.

Les résultats de l’étude, présentés lundi 7 juin 2010 à l’ASCO, démontrent que la nouvelle chimiothérapie retarde de plusieurs mois la progression de la maladie et maintient la qualité de vie. En première ligne de traitement, le Folfirinox apparaît plus actif que la gemcitabine avec une augmentation de la survie moyenne de 4 mois, sans impact négatif sur la qualité de vie des patients. Avec ce nouveau traitement, les chances d’être en vie à 1 an sont 2,4 fois supérieures. C’est la plus importante amélioration de survie jamais obtenue dans cette situation.

Les conclusions de l’étude permettent de recommander le Folfirinox comme nouveau traitement de référence pour les patients atteints de métastases de cancer du pancréas et en bon état général. Le traitement de référence, la gemcitabine, est appliqué dans les cancers du pancréas métastatiques depuis 1995. Hormis une étude américaine, publiée en 2007, présentant le bénéfice d’une thérapie ciblée en complément de la chimiothérapie (pour une augmentation de l’espérance de vie de 14 jours), aucun résultat probant n’avait modifié le traitement de référence depuis près de 15 ans.

Les résultats de l’étude Prodige 4/ ACCORD 11/0102 constituent donc une avancée majeure dans le traitement du cancer du pancréas. Après leur présentation à l’ASCO, ces travaux seront publiés et devraient ouvrir la voie à de nouvelles pistes d’études, en particulier pour évaluer l’intérêt de ce traitement pour augmenter les chances de guérison après chirurgie.