Patients

Etre soigné dans un Centre de lutte contre le cancer

Découvrez notre démarche

Professionnels de santé

Découvrez ce qui constitue le modèle UNICANCER

Accédez à votre espace

Vous cherchez un Centre

Retrouvez les Centres de lutte contre le cancer sur l'ensemble du territoire

La recherche UNICANCER

La recherche UNICANCER dans le Groupe et dans les Centres

Découvrez notre activité

Chimiothérapie chez les patients atteints de cancers de la prostate localisés à haut risque métastatique - Du 5 au 7 mars 2010 - ASCO Genito-urinary Cancers Symposium – San Francisco, USA

Les premiers résultats de l’étude GETUG12 montrent un bénéfice de la chimiothérapie comportant le docetaxel et l’estramustine en termes de diminution majeure du taux de PSA, sans sur-risque de décès et sans impact négatif sur la qualité de vie à un an, chez les patients atteints de cancers de la prostate localisés à haut risque métastatique. GETUG12 est une étude de phase III coordonnée par le Pr Karim Fizazi, cancérologue à l’Institut Gustave Roussy (IGR, Villejuif) et dont le promoteur est la Fédération Nationale des Centres de Lutte Contre le Cancer (FNCLCC). Le Pr Fizazi va présenter les premiers résultats au Symposium annuel de cancérologie Génito-urinaire de l’American Society of Clinical Oncology, vendredi 5 mars 2010 à San Francisco (USA). Les résultats de l’étude en termes de survie sans rechute des patients devraient être disponibles en 2011.

 

L’étude française GETUG12 évalue le bénéfice de l’adjonction d’une chimiothérapie au traitement standard (hormonothérapie et radiothérapie) chez les patients atteints de cancers de la prostate localisés à haut risque de développer des métastases. GETUG12 est une étude de phase III : elle compare le devenir de deux groupes de patients, un groupe recevant uniquement le traitement standard actuel et l’autre groupe recevant le traitement standard associé à une chimiothérapie comportant le docetaxel et l’estramustine. L’étude a débuté en 2002 et a inclus 413 patients répartis dans les deux groupes.

Les premiers résultats montrent que 3 mois après le début de la chimiothérapie, 34 % des patients du groupe avec chimiothérapie obtiennent un dosage du PSA ≤ 0.2 ng/mL, contre seulement 12% de ceux du groupe sans chimiothérapie. Dans des études précédentes, le taux de PSA ≤ 0.2 ng/mL  était prédictif d’un très faible risque de rechute métastatique. Les effets secondaires de la chimiothérapie sont faibles et aucun décès lié à celle-ci n’a été à déplorer. La chimiothérapie a un effet négatif modéré sur la qualité de vie des patients lorsque celle-ci a été évaluée à 3 mois, cet effet a disparu lors de l’évaluation à 1 an.

Les résultats de la chimiothérapie chez les patients atteints de cancer de la prostate localisés à haut risque métastatique paraissent donc prometteurs. L’étude GETUG12 devrait produire des résultats en termes de survie sans rechute des patients dès 2011. Une dizaine d’études américaines ou européennes évaluant le bénéfice d’une chimiothérapie comportant le docetaxel sont actuellement en cours, l’étude GETUG12 est la plus avancée.

Chaque année en France, on dénombre plus de 60.000 nouveaux cas de cancers de la prostate, dont environ 10.000 sont des cancers localisés à haut risque métastatique. Le cancer de la prostate cause près de 10.000 décès par an en France.

 

A propos de l’Institut de cancérologie Gustave Roussy

L’Institut de cancérologie Gustave Roussy, premier centre de lutte contre le cancer en Europe est un établissement privé participant au service public hospitalier et habilité à recevoir des dons et legs. Il constitue un pôle d’expertise global contre le cancer entièrement dédié aux patients. Il réunit sur un même site près de 2300 professionnels dont les missions sont le soin, la recherche et l’enseignement. L’IGR en chiffres : 385 lits et places d’hôpital de jour, 207 médecins statutaires, 887 soignants, 151.000 consultations et 43.000 patients suivis par an, 14 unités de recherche, 300 chercheurs, 2.800 étudiants, chercheurs et médecins formés par an. Site Internet : www.igr.fr
 

 
 
 

A propos de la FNCLCC

Créée en 1964, la Fédération nationale des Centres de lutte contre le cancer (FNCLCC) est l’une des quatre fédérations hospitalières représentatives en France. Elle regroupe les 20 Centres de lutte contre le cancer (CLCC) et a pour mission de défendre les intérêts de ses membres et de développer avec eux des projets pour améliorer la prise en charge des malades et faire progresser la science.
Son Bureau d’études cliniques et thérapeutiques (BECT) fédère les unités de recherche clinique des 20 CLCC et promeut des études académiques dans plus de 130 centres, français et internationaux. L’envergure internationale du BECT est reconnue par l'European Organisation for Treatment of Cancer (EORTC), dont il héberge le Bureau de Liaison Français.

 

Contacts presse Institut Gustave Roussy :

Chloé Louys, service de presse

tél : 01 42 11 50 59 / 06 17 66 00 26
e-mail : chloe.louys@igr.fr