Patients

Etre soigné dans un Centre de lutte contre le cancer

Découvrez notre démarche

Professionnels de santé

Découvrez ce qui constitue le modèle Unicancer

Accédez à votre espace

Vous cherchez un Centre

Retrouvez les Centres de lutte contre le cancer sur l'ensemble du territoire

La recherche

La recherche à Unicancer

Découvrez notre activité

19/12/2011

Un Laboratoire de Recherche P3 à l’Institut Bergonié de Bordeaux…

Un laboratoire P3 à l'Institut Bergonié de BordeauxDeux ans de travaux auront été nécessaires pour qu'un laboratoire de recherche sur la biologie cellulaire sorte de terre à l'institut Bergonié, centre régional de lutte contre le cancer de Bordeaux.

Inauguré le 15 décembre 2011, il mobilise une équipe d'une vingtaine de chercheurs sur Bordeaux. Le professeur Richard Iggo, chercheur à l'institut Bergonié, qui a décroché une chaire d'excellence à son arrivée à Bordeaux en 2008, est à l'origine du projet. Son équipe travaille sur le cancer du sein, extrêmement fréquent chez la femme, et ce nouvel équipement va permettre d'acquérir de précieuses informations sur le rôle des gènes dans la formation de tumeurs.

Ce laboratoire de confinement est conçu pour éviter la dissémination de microorganismes et répond au plus haut niveau de normes de sécurité. Le Laboratoire de Recherche P3 dispose, entre autres, de sa propre centrale de traitement d’air et d’un autoclave permettant de stériliser tous les déchets à éliminer.

 

Que fait-on dans un Laboratoire de Recherche P3 ?

Le laboratoire sert à la production de vecteurs viraux et à la culture de cellules extraites de tumeurs. Les vecteurs viraux utilisés sont, pour la plupart, des dérivés du VIH. Ils sont utilisés pour introduire des gènes liés au cancer dans les cellules humaines. Ainsi, il est possible d’injecter n’importe quel gène dans n’importe quelle cellule.

Concrètement, il s’agit soit d’éliminer un gène protecteur, dit gène suppresseur de tumeurs, soit d'introduire un mauvais gène, dit oncogène. Dans les deux cas, on peut convertir une cellule normale en cellule tumorale. Dans les deux cas, cela apporte des informations précieuses sur le rôle du gène dans la formation des tumeurs. Les approches de recherche du Laboratoire P3 s’avèrent une étape incontournable dans le développement de médicaments anticancéreux.

 

Qui a financé le P3 ?

La construction du Laboratoire de Recherche P3 résulte à 80 % de l’investissement du Conseil Régional d’Aquitaine et de l’ANR (Agence Nationale de la Recherche). L’INCa (Institut National du Cancer), l’Université de Bordeaux et l’Institut Bergonié ont également contribué à la construction de ce Laboratoire.

Ces soutiens financiers vont permettre à Richard IGGO, Professeur de Biologie Cellulaire à l'Université de Bordeaux et médecin du centre à l'Institut Bergonié, et à son équipe de pouvoir faire avancer la recherche sur la biologie tumorale dans le traitement du cancer.