Patients

Etre soigné dans un Centre de lutte contre le cancer

Découvrez notre démarche

Professionnels de santé

Découvrez ce qui constitue le modèle UNICANCER

Accédez à votre espace

Vous cherchez un Centre

Retrouvez les Centres de lutte contre le cancer sur l'ensemble du territoire

La recherche UNICANCER

La recherche UNICANCER dans le Groupe et dans les Centres

Découvrez notre activité

29/03/2011

Parrainages de chercheurs à l’Institut Gustave Roussy : succès d’un concept de soutien innovant et efficace

Villejuif, mardi 1er mars 2011. Le Dr Fabrice André, cancérologue et directeur de l’unité de recherche U981 à l’Institut de cancérologie Gustave Roussy (IGR, Villejuif), présentera le bilan du premier programme de parrainage de chercheur 2008-2010, aux parrains/marraines donateurs qui ont soutenu ses travaux de recherche sur le cancer du sein. Cette présentation se fera à l’Institut Gustave Roussy, le samedi 5 mars 2011 à partir de 10h30, sur le plateau des consultations. Fort du succès de ce premier programme, le Dr André et son équipe font l’objet d’un second programme de parrainage pour la période 2011-2013. Le lancement de 3 nouveaux parrainages, sur le cancer de la prostate, le mélanome et le cancer du poumon sera également annoncé à cette occasion, en présence des médecins-chercheurs.

 

Le concept est innovant : s’engager à soutenir, par un don ciblé, une équipe de recherche et des projets concrets avec des objectifs de résultats à court terme (3 ans). L’engagement du parrain porte sur un don mensuel fixe, entre 20 et 30 euros, pendant 2 ou 3 ans selon le programme soutenu. En contre-partie, le chercheur s’engage à présenter ses résultats de recherche et à échanger lors de rencontres annuelles avec ses donateurs.

Le premier programme de parrainage de chercheur 2008-2010 a réuni 450 parrains/marraines donateurs engagés dans le soutien des travaux de recherche menés par le Dr André et son équipe. Près de 920.000 euros ont été collectés pour soutenir trois axes de recherche sur le cancer du sein.

Le premier axe a consisté, dans le cadre d’essais cliniques, à utiliser une technologie de pointe, l’analyse de l’expression de l’ensemble des gènes contenus dans une cellule cancéreuse issue de chaque tumeur de chaque patiente afin de proposer une thérapie ciblée (ou combinaison de chimiothérapies) la mieux adaptée à chacune pour traiter sa tumeur. A ce jour, 145 patientes ont bénéficié de cette approche. Cet axe de recherche, très innovant, nécessitait des financements privés pour faire la « preuve du concept ». Cette étape de faisabilité a été possible grâce aux parrainages. Une étude nationale et multicentrique (SAFIR01), portant sur un plus grand nombre de femmes et financée sur des fonds publics, va maintenant pouvoir débuter.

Le deuxième axe a consisté à identifier de nouvelles anomalies moléculaires impliquées dans le développement du cancer du sein pour mettre au point de nouveaux traitements «ciblés» sur ces anomalies. A ce jour, 5 anomalies ont été identifiées et 3 traitements ciblés, spécifiques de ces anomalies, sont en développement. Ces travaux sont en cours de publication.

Le troisième axe a consisté à identifier des marqueurs biologiques, spécifiques des cancers du sein, pour mettre au point un test de diagnostic plus simple. A ce jour, les résultats de ces travaux ont été publiés dans la revue scientifique Lancet Oncology en février 2009. Un test de diagnostic du cancer du sein a pu être mis au point, son développement devrait être assuré par la société ExonHit.

Cette nouvelle formule proposée aux donateurs est originale et efficace car elle leurs assure un suivi des résultats et une vision concrète des travaux financés, grâce à des rencontres annuelles avec l’équipe de recherche et à des informations régulières. Elle permet aux chercheurs de disposer d’un budget régulier sur 3 ans pour mener à bien des travaux de recherche, et financer notamment des études de faisabilités qui ne trouvent habituellement pas de financements publics car elles sont jugées trop innovantes. Ces études jouent le rôle d’amorces et si elles font la preuve du concept, les pouvoirs publics prennent ensuite plus facilement le relais pour financer des études nationales, plus vastes. Enfin, le parrainage implique une grande responsabilité des chercheurs vis-à-vis de leurs parrains et marraines qui attendent des résultats concrets à court terme. Ce mode de soutien accélère la recherche pour une application rapide au bénéfice des patientes.

Fort de ce succès, l’Institut Gustave Roussy renouvelle le parrainage du Dr Fabrice André et de son équipe sur un nouveau programme de recherche sur le cancer du sein. Trois nouveaux parrainages se mettent en place pour soutenir trois équipes de l’IGR : celui du Pr Karim Fizazi, chef du département de Médecine Oncologique, sur le cancer de la prostate ; celui du Dr Caroline Robert, chef du Service de Dermatologie, sur le mélanome et celui du Pr Laurence Zitvogel, clinicienne et chercheuse en immunothérapie, sur un essai de vaccin thérapeutique dans le cancer du poumon.

 

L’Institut de cancérologie Gustave Roussy, premier centre de lutte contre le cancer en Europe est un établissement privé participant au service public hospitalier et habilité à recevoir des dons et legs. Il constitue un pôle d’expertise global contre le cancer entièrement dédié aux patients. Il réunit sur un même site près de 2500 professionnels dont les missions sont le soin, la recherche et l’enseignement. L’IGR en chiffres : 337 lits et 83 places d’hôpital de jour, 210 médecins statutaires, 880 soignants, 162.000 consultations et 43.000 patients suivis par an, 27 équipes de recherche, 300 chercheurs, 2.800 étudiants, chercheurs et médecins formés par an.