Patients

Etre soigné dans un Centre de lutte contre le cancer

Découvrez notre démarche

Professionnels de santé

Découvrez ce qui constitue le modèle UNICANCER

Accédez à votre espace

Vous cherchez un Centre

Retrouvez les Centres de lutte contre le cancer sur l'ensemble du territoire

La recherche UNICANCER

La recherche UNICANCER dans le Groupe et dans les Centres

Découvrez notre activité

16/07/2014

Mélanome avancé en rechute : les effets encourageants d'un anticorps monoclonal

Gustave Roussy, VillejuifLe Dr Caroline Robert, dermato-oncologue et chef du service de Dermatologie à Gustave Roussy, est le premier auteur d’une étude internationale multicentrique publiée dans le Lancet.

Cette étude porte sur les effets encourageants d’un anticorps monoclonal anti-PD1, le pembrolizumab, chez des patients atteints de mélanome avancé en rechute après un traitement par ipilimumab.

Cette étude de phase I qui visait à comparer l’efficacité et la tolérance de deux doses de pembrolizumab est la première étude randomisée comparative et la plus vaste dans le mélanome évaluant un anticorps anti-PD-1.

Les résultats montrent que le pembrolizumab est bien toléré et pourrait constituer un traitement efficace pour ces patients qui ont échappé aux traitements disponibles.

 Résumé disponible sur : http://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(14)60958-2/abstract

 

Les traitements contre le mélanome : un challenge malgré de récents progrès

L’arsenal thérapeutique dans le traitement du mélanome s’est enrichi ces dernières années avec notamment l’anticorps anti-CTLA4, l’ipilimumab, mais aussi avec les inhibiteurs de BRAF et MEK vemurafenib, dabrafenib et trametinib.

Pour autant, la recherche dans le traitement du mélanome reste un challenge car pour les patients non répondeurs à ces thérapies, ou en rechute après une efficacité initiale, il existe peu d’option thérapeutique.

Par ailleurs, les inhibiteurs anti-BRAF et anti-MEK ne sont prescrits que pour les mélanomes porteurs d’une mutation du gène BRAF ce qui représente 50% des patients, lesquels développent assez souvent des résistances à ces traitements après quelques mois.

Les anticorps monoclonaux anti-PD1 ont un mécanisme d’action tout à fait différent de celui des thérapies ciblées, en augmentant la mort des cellules tumorales par activation des lymphocytes T cytotoxiques.

 

Des réponses durables et une toxicité acceptable

Les résultats de cette étude montrent l’efficacité et la tolérance du pembrolizumab (MK-3475) chez des patients atteints d’un mélanome avancé dont la maladie a progressé sous ipilimumab et dont une partie était porteurs d’une mutation BRAF et précédemment traités par des inhibiteurs de BRAF et/ou de MEK.

Les 173 patients qui ont participé à cette étude (extension de cohorte de l’étude KEYNOTE-001) ont été randomisés en deux groupes. Dans l’un, ils recevaient une dose de 2 mg/kg toutes les trois semaines en intraveineuse de pembrolizumab, dans l’autre, 10 mg/kg. Après un suivi médian de 8 mois, le taux de réponse global était de 26 % et la grande majorité des réponses thérapeutiques étaient maintenues, avec des résultats comparables pour les deux doses testées.

Les patients des deux groupes ont bien toléré le traitement. Les effets secondaires les plus fréquemment rapportés étaient : de la fatigue, des éruptions cutanées, un prurit, des diarrhées, des arthralgies. Aucun patient n’est décédé d’un effet adverse du traitement.

Cette étude démontre donc que le pembrolizumab représente une option thérapeutique prometteuse chez des patients qui n’ont pas d’autres alternatives de traitement efficace après avoir reçu un traitement par ipilimumab et, pour ceux qui ont un mélanome avec mutation de BRAF, une thérapie ciblée anti BRAF et/ou anti-MEK.

 

Les anticorps monoclonaux et le mélanome métastatique

Le mélanome métastatique est la forme du cancer de la peau la plus rare mais la plus grave également. Le mélanome est, en France, l’un des cancers dont le nombre a considérablement augmenté durant ces 30 dernières années : près de 10 000 nouveaux cas apparaissent chaque année avec environ 1 600 patients qui en décèdent des suites d’une forme métastatique.

De très importants progrès thérapeutiques ont été apportés par l’immunothérapie dans le traitement du mélanome métastatique. L’utilisation des anticorps monoclonaux a démontré un bénéfice en termes de survie chez les patients.

Ces molécules permettent de « déverrouiller » le système immunitaire qui peut alors se mobiliser contre les cellules tumorales.

 

 

Plus d'informations

Contacts presse :

Gustave roussy
Direction de la communication
Christine Lascombe
Tél : 01 42 11 41 75
E-mail : christine.lascombe@gustaveroussy.fr

Agence Medial
Claire Parisel
Tél : 01 53 83 81 52
E-mail : claireparisel@medial-rp.com