Patients

Etre soigné dans un Centre de lutte contre le cancer

Découvrez notre démarche

Professionnels de santé

Découvrez ce qui constitue le modèle UNICANCER

Accédez à votre espace

Vous cherchez un Centre

Retrouvez les Centres de lutte contre le cancer sur l'ensemble du territoire

La recherche UNICANCER

La recherche UNICANCER dans le Groupe et dans les Centres

Découvrez notre activité

04/02/2013

A l'Institut Paoli-Calmettes, un projet médico-scientifique à 5 ans pour « améliorer les chances de guérison et l’égalité des chances face aux cancers »

A l’occasion de la journée mondiale de lutte contre le cancer le 4 février prochain, le Professeur Patrice Viens, Directeur général de l’IPC, a présenté aujourd’hui le nouveau projet d’établissement 2013-2017 de l’IPC, centre de référence de cancérologie en PACA, Ouest et Corse.A l’occasion de la journée mondiale de lutte contre le cancer le 4 février, le Professeur Patrice Viens, Directeur général de l’IPC, a présenté le nouveau projet d’établissement 2013-2017 de l’IPC, centre de référence de cancérologie en PACA, Ouest et Corse.

« Notre projet affirme une ambition forte : améliorer les chances de guérison et l’égalité des chances, face au cancer » a résumé le Professeur Patrice Viens, dans un contexte où l’incidence des cancers, mais aussi les taux de guérison, sont en augmentation.

L’incidence du cancer a presque doublé en 25 ans en France, et cette tendance devrait se poursuivre dans les 5 à 10 ans. Les quatre cancers les plus fréquents poursuivent leur progression : le cancer du sein, le cancer de la prostate qui enregistre une croissance de + 80% en 10 ans, le cancer colorectal dont l’évolution reflète le vieillissement, et le cancer du poumon, qui explose chez les femmes.

Chaque année, en PACA (5 millions d’habitants), sur environ 8 000 décès prématurés, c’est-à-dire avant 65 ans, plus de 40 % sont imputables aux cancers. Bien que le taux de mortalité ait baissé de 16 % pour les hommes et de 11 % pour les femmes, l’incidence tous cancers confondus augmente. En 25 ans, on enregistre une hausse de plus d’un tiers (33 %) chez les hommes et de près de la moitié (48 %) chez les femmes, avec 25 000 nouveaux cas en 2005.

Les cancers les plus fréquents sont les mêmes que sur le reste du territoire français : parmi les nouveaux cas de cancers diagnostiqués chaque année, 10 % sont pulmonaires, 11 % colorectaux, 35 % concernent le sein chez la femme et 32% la prostate chez l’homme.

Bien que le taux de mortalité par cancer du sein soit inférieur au reste de la France et qu’il diminue grâce au dépistage et à l’amélioration des traitements, il reste la première cause de mortalité par cancer chez les femmes en PACA.

L’offre de soins en cancérologie en PACA répond, au moins en nombre, aux besoins régionaux. Au total,  95 structures ont des autorisations de prise en charge des cancers en PACA dont 12 centres de radiothérapie, 4 centres de curiethérapie, et 3 plateformes de biologie moléculaire (nécessaires à la thérapie ciblée).

Avec 374 médecins généralistes et spécialistes pour 100 000 habitants contre 309 sur le territoire national, la région a la densité médicale la plus élevée de France, avec cependant de forts contrastes démographiques et une importante disparité de l’offre de soins, y compris dans Marseille intramuros.

 

 

Dans ce contexte, trois mots symbolisent le projet : l’ouverture, vers les partenaires, vers les médecins, vers le public, notamment le moins favorisé ; la performance, en matière de qualité de diagnostic, de soins, d’innovation et de recherche ; et enfin la réflexion, sur nos pratiques, car il n’est pas de bon praticien sans vertueuse remise en question de ses pratiques.

Le Pr Patrice Viens, Directeur général de l'IPC

 

 

En résonance avec les objectifs de l’Agence Régionale de Santé (ARS), des Plans Cancer et avec le Projet de la Fédération UNICANCER à laquelle l’IPC est affilié, le plan à cinq ans de l’IPC se fixe pour priorités de :

  • Contribuer à l’égalité des chances face au cancer, en améliorant les dépistages et les diagnostics précoces, et favoriser les chances de guérison, par une prise en charge de qualité au plus proche des patients, en renforçant les relations avec les publics concernés, les médecins de ville, et les acteurs de la cancérologie en PACA.
  • Initier des programmes-pilotes et des stratégies thérapeutiques innovantes, en investissant dans de nouvelles plateformes et approches de diagnostics et de soins, et en partageant au mieux ces compétences.
  • Aider les patients à être acteurs de leur parcours de soins, et à faire face à la maladie dans les meilleures conditions - médicales, psychologiques, sociales, d’information… - possibles.

 

Concrètement, ces ambitions se traduiront notamment par l’ouverture de nouvelles filières de diagnostic rapide, par des investissements importants en radiologie interventionnelle, dans de nouvelles techniques de radiothérapie.

L’ouverture du nouveau bâtiment IPC3 en 2014 permettra le développement de prises en charge chirurgicales ambulatoires, et la création d’une unité dédiée à la prise en charge des leucémies aiguës favorisera encore les progrès contre cette maladie autrefois de mauvais pronostic. L’acquisition de séquenceurs de dernière génération facilitera le développement de la médecine personnalisée basée sur l’analyse des tumeurs.

Des services adaptés seront proposés aux médecins de ville, qui sont en première ligne de la détection des cancers (mise en place de hotlines dédiées, accès aux dossiers numériques des patients, …).

Enfin, les coopérations seront renforcées avec des établissements partenaires avec qui le partage des compétences et plateformes dont dispose l’IPC (consultations avancées, Réunions de Concertation Pluridisciplinaire – RCP - communes, accès à la tumorothèque,…) sera encore plus soutenu.

La recherche, mission fondamentale de l’Institut, bénéficiera de la coopération avec l’AP-HM dans le cadre de la labellisation SIRIC (Site de Recherche Intégrée en Cancérologie) obtenue en 2012, et bien sûr du Centre de recherche en Cancérologie de Marseille – CRCM qui est significativement monté en puissance en 2012 à la faveur de l’inclusion de nouvelles équipes.

Les dispositifs innovants pour la qualité de vie des patients, comme le programme-pilote d’après cancer ou l’aide à la réinsertion professionnelle, seront renforcés et étoffés par des initiatives nouvelles (programmes d’éducation thérapeutique, offre de soins complémentaires, comité Adolescents et Jeunes Adultes, accès au dossier médical personnel,… ) favorisant de meilleures conditions de vie pour les patients et leur entourage.

Un programme ambitieux, donc, pour les 1 300 collaborateurs que compte l’IPC pour les cinq ans à venir.

 

Plus dinformations