Patients

Etre soigné dans un Centre de lutte contre le cancer

Découvrez notre démarche

Professionnels de santé

Découvrez ce qui constitue le modèle UNICANCER

Accédez à votre espace

Vous cherchez un Centre

Retrouvez les Centres de lutte contre le cancer sur l'ensemble du territoire

La recherche UNICANCER

La recherche UNICANCER dans le Groupe et dans les Centres

Découvrez notre activité

09/01/2012

Les établissements du service public s’associent pour l’utilisation des dernières technologies chirurgicales

Leader dans la chirurgie des cancers digestifs et gynécologiques, le Centre Régional de Lutte contre le Cancer Val d’Aurelle vient d’acquérir le robot chirurgical « Da Vinci ».

Robot chirugical à Val d'Aurelle, MontpellierInstallé au CRLC Val d’Aurelle, ce robot de dernière génération est mis au service de l’ensemble des établissements de santé publics de Montpellier.

Les représentants du CRLC et de la Clinique Mutualiste Beau Soleil (groupe Languedoc Mutualité) ont signé ce jour une convention cadre de partenariat prévoyant la co-utilisation de ce robot. La convention prévoit également la mise en commun des moyens pour la formation initiale et continue des professionnels de santé.

Ces établissements rassemblent tous les domaines concernés par l’utilisation de cette technologie robotique : urologie, gynécologie, chirurgie viscérale, endocrinienne, et ORL.

Les premières interventions sur le rectum, l’utérus et la prostate sont déjà programmées pour la mi-janvier.

A l’aide de cette technologie les chirurgiens réaliseront des interventions mini-invasives qui autorisent notamment une récupération plus rapide des patients opérés.

 

Cette acquisition s’inscrit dans la volonté du CRLC de rester novateur en matière de chirurgie et de
maintenir son niveau d’excellence. Au-delà des bénéfices patients reconnus, cette technologie va
permettre de développer de nouvelles techniques comme la chirurgie par les orifices naturels ou la
chirurgie par trocart unique. Il s’agit d’un réel investissement sur l’avenir.

Jacques Domergue, Directeur Général du CRLC

 

Le robot Da Vinci est un outil au service du chirurgien mais ne le remplace pas. Le système chirurgical Da Vinci constitue une main plus agile et précise pour le praticien, afin de réaliser des opérations plus complexes, avec moins de risques et des séquelles opératoires plus limitées. Il apporte les avantages de la célioscopie à la chirurgie ouverte classique. La chirurgie robotique constitue une formidable avancée technologique dans la prise en charge des patients, vers une personnalisation des traitements.

 

Une technologie à l’origine développée pour l’armée américaine

Le robot Da Vinci est né d’un projet initié au début des années 1990 par l’armée américaine. Son ambition était d’utiliser la robotique pour opérer à distance des soldats blessés en mission. En 1995, ce projet est repris par une société américaine privée, Intuitive Surgical. Le premier prototype Da Vinci voit le jour deux ans plus tard, mais il faudra attendre 2000 pour que la FDA (équivalent de l’Affsaps aux Etats-Unis) autorise sa mise en service sur le marché médical international.

Le robot Da Vinci a été classé 10ème innovation technologique des 30 dernières années par le magazine Forbes (2009).

 

Les opérations avec le système chirurgical Da Vinci :

Une amélioration du bien-être des patients…

  • Chirurgie moins invasive et moins traumatisante
  • Cicatrices plus petites
  • Pertes sanguines réduites durant l’opération
  • Récupération post-opératoire plus rapide des patients
  • Complications post-opératoires et infections diminuées par rapport aux opérations classiques
  • Douleurs liées au traumatisme opératoire diminuées, ce qui limite l’administration d'antalgiques
  • Risque diminué de séquelles liées à l’opération

Tous ces avantages diminuent également la durée d’hospitalisation du patient.

… un plus pour l’équipe chirurgicale

  • Facilite l’apprentissage
  • Raccourcit la courbe d’apprentissage de la célioscopie
  • Augmente les capacités techniques tant pour la résection que pour les sutures
  • Améliore la vision
  • Précision du geste renforcée
  • Permet de développer de nouvelles techniques : résection oesophagienne sans thoracotomie / chirurgie par les orifices naturels (NOTES : Natural Orifice Transluminal Endoscopic Surgery)/ chirurgie par trocart unique (oneport)
  • Améliore la qualité de la résection grâce à la fusion d’image

 

Recherche & développement

Au CRLC, ce nouvel équipement sera également utilisé pour la recherche et le développement en chirurgie digestive oncologique, domaine dans lequel la France a actuellement du retard comparé à ce qui est fait dans d’autres pays tels que les Pays-Bas, les pays Scandinaves, les Etats-Unis ou la Corée du Sud.

Les projets de recherche concerneront notamment :

  • l’évaluation des pratiques (PHRC/STIC) ;
  • l’innovation pour l'aide à la résection (fusion d'image) ;
  • les nouvelles stratégies chirurgicales dans le cadre de la personnalisation des traitements.