Patients

Etre soigné dans un Centre de lutte contre le cancer

Découvrez notre démarche

Professionnels de santé

Découvrez ce qui constitue le modèle Unicancer

Accédez à votre espace

Vous cherchez un Centre

Retrouvez les Centres de lutte contre le cancer sur l'ensemble du territoire

La recherche

La recherche à Unicancer

Découvrez notre activité

07/06/2021

L’Institut Paoli-Calmettes, premier et seul centre en région PACA certifié centre de formation pour la prise en charge des cancers urologiques

L’Institut Paoli-Calmettes (IPC) Unicancer Marseille, a été labellisé Centre de formation dans la prise en charge des cancers de la prostate, du rein, et de la vessie par la European School of Urology (ESU). L’IPC est le 2ème centre français accrédité, le seul en province.

Association à but non lucratif, l’Association européenne d’urologie (EAU), dont fait partie la European School of Urology, représente la principale autorité européenne en matière de pratique, de recherche et d’éducation urologiques. Elle regroupe plus de 18 000 professionnels de la santé répartis dans plus de 120 pays.
La vocation de ce groupe européen est de contribuer à la recherche, l’enseignement et la diffusion des savoirs par l’établissement de normes européennes, l’édition de référentiels et de bonnes pratiques, afin de faire progresser la prise en charge des cancers urologiques.

Le Conseil européen d’urologie (EBU) et l’Association européenne d’urologie ont développé un nouveau type de certification spécifiquement pour les centres de formation accueillant des programmes européens de bourses d’études en urologie (EUSP), dans le but de rationaliser le processus de certification et devenir plus réactif aux nouvelles évolutions de la formation médicale continue.

Cette certification reconnaît l’expertise de l’Institut en tant que centre de formation sur les cancers urologiques (prostate, rein, vessie) sur la base des critères tels que la structure, le volume d’activités, la littérature médicale, la formation des internes. Ce partage d’expertise profite à une communauté d’assistants et d’internes en provenance d’Europe, du Moyen-Orient, d’Afrique…
« Notre expertise découle du nombre de patients que nous prenons en charge chaque année, précise le Dr Jochen Walz. L’équipe tout entière dispense la formation aux assistants et internes. » La formation est assurée par des chirurgiens hautement spécialisés qui recourent aux technologies de pointe telles que le robot chirurgical qui permet de ne laisser que de légères cicatrices - la prise en charge s’effectue pour certaines pathologies de plus en plus en ambulatoire et dans le cadre de la RAAC (Réhabilitation améliorée après chirurgie).
L’Institut Paoli-Calmettes a été certifié ERUS Robotic Training Centre en avril 2016 par l’ERUS (European Association of Urology Robotic Urology Section).

En 2019, l’IPC a accueilli 1 283 patients pour la prise en charge d’un cancer urologique et de l’appareil génital masculin. 248 interventions chirurgicales ont été effectuées par robot assisté.
L’équipe est composée de 5 chirurgiens spécialisés.

Le projet PROMs

Le projet a pour objectif l’amélioration de la pertinence des soins chez les patients pris en charge pour un cancer de la prostate localisé. Il vise l’optimisation de l’accompagnement des patients à chaque étape de leurs parcours de soins.
« Cette étude monocentrique repose sur un système de collecte prospective de données dont l’objectif est de recueillir des informations-clés sur l’état de santé et la satisfaction des patients pris en charge pour un cancer avant et après la mise en place d’un parcours de soins digitalisé et coordonné », explique le Dr Géraldine Pignot, Chirurgien en urologie, porteur du projet.

Les données issues des patients (Patient Reported Outcomes Measures – PROMs), notamment la satisfaction de la prise en charge proposée et la qualité de vie, sont utilisées pour guider le clinicien et le patient dans le choix du traitement afin d’optimiser sa prise en charge et améliorer la pertinence des soins.
« La surveillance active est notamment une option de plus en plus développée au sein de l’Institut afin d’éviter le surtraitement de certains cancers et les effets secondaires inhérents. Un essai clinique est également disponible autour de cette stratégie de surveillance active et vise à évaluer le bénéfice d’un traitement par voie orale », ajoute le Dr Géraldine Pignot.

 

Communiqué de presse

Contact presse : Elisabeth BELARBI – Chargée des Relations presse, 04 91 22 37 48 - 06 46 14 30 75, belarbie@ipc.unicancer.fr