Patients

Etre soigné dans un Centre de lutte contre le cancer

Découvrez notre démarche

Professionnels de santé

Découvrez ce qui constitue le modèle UNICANCER

Accédez à votre espace

Vous cherchez un Centre

Retrouvez les Centres de lutte contre le cancer sur l'ensemble du territoire

La recherche UNICANCER

La recherche UNICANCER dans le Groupe et dans les Centres

Découvrez notre activité

04/04/2013

Innovation en chirurgie au Centre François Baclesse : Un robot chirurgical de dernière génération

Dans sa dynamique de développement et de renforcement de ses pôles d’excellence, le Centre François Baclesse vient de s’équiper d’un robot chirurgical de dernière génération.

Dans un souci d’ouverture, il offre l’accès de cet équipement à tous les chirurgiens de la région, formés à la technique, afin que tous les patients puissent bénéficier de cette innovation en chirurgie gynécologique, viscérale, ORL et urologique.

Présentation du robot

Le robot chirurgical est composé de trois éléments : une console de commande, une colonne vidéo et des bras articulés situés au-dessus du malade, qui vont guider les instruments pour réaliser le geste à la place du chirurgien.

 

Comment se passe une intervention de chirurgie robotique ?

Une fois l’installation du patient et l’anesthésie réalisées, de petites incisions sont pratiquées pour introduire les instruments à l’intérieur du patient. En chirurgie ORL, ceci peut se faire par la bouche.

Le chirurgien, assis derrière une console, à proximité du patient, utilise des télémanipulateurs qui pilotent à distance les bras du robot et reproduisent ses gestes à l’identique. Il peut ainsi commander les instruments, déplacer la caméra, déclencher la coagulation, réaliser des sutures.

L’intervention chirurgicale n’est, en aucun cas, réalisée par la machine. Le robot est, pour le chirurgien, un outil extrêmement sophistiqué grâce à l’informatique et la mécanique de précision ; il reste un instrument qui réagit uniquement aux gestes du praticien. Les incisions cutanées sont faites et fermées à la main.

 

Voir le reportage de France 3 sur le robot chirurgical :

 

 

Quels sont les avantages pour le patient ?

Il s’agit d’une chirurgie moins invasive et moins traumatisante que la chirurgie ouverte et d’une technique plus précise que la coeliochirurgie.

  • Cicatrices plus petites, voire invisibles.
  • Réduction très importante des douleurs post-opératoires.
  • Récupération post-opératoire plus rapide de l’alimentation et de l’activité.
  • Réduction du risque de complications et infections post-opératoires.
  • Pertes sanguines réduites.
  • Durée d'hospitalisation plus courte.
  • Diminution des séquelles à moyen et long terme.

Outre un retour beaucoup plus rapide à la maison et à toutes les activités, la simplification des suites opératoires permet, en cancérologie, une meilleure cohérence entre les différents temps thérapeutiques.

 

Quels sont les avantages pour le chirurgien ?

La chirurgie robotique offre au chirurgien tous les avantages de la chirurgie ouverte en utilisant des incisions minimes de coeliochirurgie.

La juxtaposition de deux caméras offre une vision exceptionnelle, en trois dimensions, haute définition avec possibilité de zoom grossissant pour une plus grande précision.

Le robot analyse chaque geste du chirurgien 1000 fois par seconde et envoie le signal aux bras articulés, en éliminant tout tremblement parasite. La console de commande permet de reproduire toute la mobilité de la main et des doigts, ce qui n’est pas le cas en coelioscopie où l’on opère à l’aide de baguettes de 30 centimètres.

Ce système permet, également, une démultiplication du geste : quand la main avance d'un centimètre sur la console, le bras articulé sélectionné va avancer uniquement d'un millimètre, ce qui accroît considérablement la précision.

Cette assistance permet au chirurgien d'être plus rapide, plus concentré et donc, moins fatigué, moins sujet à l'erreur.

 

Le Centre François Baclesse, plateforme de formation en chirurgie robotique

Le Centre François Baclesse mise sur la chirurgie robotique et continuera à jouer son rôle de formateur en préparant à cette technique les futurs chirurgiens (internes, chirurgiens en formation continue), ainsi que les professionnels concernés par l’utilisation du robot.

C’est d’ailleurs dans cette optique que l’option de deux consoles de commande du robot a été adoptée. Un chirurgien pourra assister le premier opérateur ou assurer des fonctions d’encadrement et de formation.

 

Une technologie à l’origine développée pour l’armée américaine

Le robot « Da Vinci » est né d’un projet initié au début des années 1990 par l’armée américaine. Son ambition était d’utiliser la robotique pour opérer à distance des soldats blessés en mission.

En 1995, ce projet est repris par une société américaine privée « Intuitive Surgical ».

Le premier prototype Da Vinci voit le jour deux ans plus tard, mais il faudra attendre 2000 pour que la FDA (l’équivalent aux Etats-Unis de notre Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé - Afssaps) autorise sa mise en service sur le marché médical international.

Le robot a été classé 10ème innovation technologique des 30 dernières années par le magazine Forbes (2009).

 

Le robot en quelques chiffres & dates :

  • 2350 robots chirurgicaux sont en service dans le monde, dont 1700 aux Etats-Unis, 400 en Europe et 60 en France.
  • Coût du robot : 2,6 millions d’euros.
  • Surcoût moyen par intervention à la charge du Centre : 2 100€ (consommables et amortissement).
  • 1ère opération : le 7 février 2013.
  • Au 4 avril, 19 patients ont été opérés au Centre via le robot depuis la 1ère opération.

 

Plus d'informations

Contact presse :

Chargée de Communication :
Sophie TAILLARD
Tél. : 02 31 45 51 74
E-mail : s.taillard@baclesse.fr

Centre François Baclesse
3 avenue général Harris
14076 Caen cedex 05

Le site Internet du Centre François Baclesse