Patients

Etre soigné dans un Centre de lutte contre le cancer

Découvrez notre démarche

Professionnels de santé

Découvrez ce qui constitue le modèle UNICANCER

Accédez à votre espace

Vous cherchez un Centre

Retrouvez les Centres de lutte contre le cancer sur l'ensemble du territoire

La recherche UNICANCER

La recherche UNICANCER dans le Groupe et dans les Centres

Découvrez notre activité

29/01/2015

L’hypnose chirurgicale en cancérologie : éviter les anesthésies générales - Institut Curie, Paris

Hypnose, Institut CurieL’hypnosédation en chirurgie combine l’induction d’un état d’hypnose chez le patient, à l’administration d’une sédation antalgique (un calmant) et l’injection d’un anesthésique local sur la zone à opérer.

A l’Institut Curie, plus de 70 interventions de chirurgie du cancer sein sous hypnosédation ont déjà été pratiquées, majoritairement des tumorectomies du sein, des prélèvements de ganglions sentinelles et des curages axillaires, ainsi que des mastectomies.

 

L’hypnose est réalisée au bloc opératoire par un médecin ou une infirmière anesthésistes formés.

Cette alternative à l’anesthésie générale, pratiquée à l’Institut Curie, remporte une adhésion de plus en plus forte chez les médecins et les patients pour son confort et son faible retentissement.

 

Les principes d’une intervention chirurgicale sous hypnose

L’hypnothérapeute rencontre la patiente avant l’intervention afin de connaître sa personnalité et ses préférences, en particulier les lieux, moments ou situations qui l’apaisent. Ces questions lui permettent de « conduire » la patiente vers l’évasion et l’imaginaire lors de l’intervention.

 

 

Pour induire l’hypnose, j’aide la patiente à se centrer sur elle-même et à se détacher de tout ce qui se passe autour d’elle.

Je l’invite, sur un mode actif, à entrer dans un état de conscience naturel, entre le rêve et l’éveil. Quand la patiente se trouve dans son monde imaginaire, nous parlons ensemble au présent. Nous vivons chaque moment comme si nous y étions.

Tout l’art de l’hypnose consiste à accompagner de manière personnalisée la patiente dans son champ des possibles et à la laisser aller là où elle veut et faire ce qu’elle a envie de faire. Je reste donc ouverte dans mes suggestions.

En fin d’intervention, j’inverse doucement l’état d’hypnose et j’aide la patiente à reprendre confortablement contact avec la réalité, tout en lui faisant des suggestions pour le post-opératoire, sur la cicatrisation, l’énergie ou l’appétit.

Le Dr Aurore Marcou, médecin anesthésiste et hypnothérapeute à l’Institut Curie

 

 

Concrètement, au bloc, la patiente va bénéficier :

  • d’une anesthésie locale du site opératoire (lidocaïne par exemple),
  • d’une sédation par intraveineuse contenant un analgésique de courte durée d’action (rémifentanil) préservant la conscience.
  • d’une mobilisation de la conscience par l’hypnose.

 

L’hypnose permet de diminuer :

  • l’inconfort psychologique de la patiente en « captant » sa conscience,
  • le message douloureux provenant d’une terminaison nerveuse en empêchant toutes les zones du cerveau d’être activées par la douleur.

 

A savoir :

L’hypnosédation ne peut être pratiquée que pour des interventions sur les organes situés assez près de la peau, où une analgésie est suffisante (on ne peut réaliser des chirurgies profondes), et n’est pas possible chez les personnes malentendantes.

Si au cours de l’intervention, l’hypnose ne suffisait pas, la patiente peut bénéficier facilement d’une anesthésie générale (en pratique, moins de 1% des cas (1)).

 

(1) 1 Meurisse M.: Bilateral neck exploration under hypnosedation: a new standard of care in primary hyperparathyroidism. Ann Surg. 1999 Mar; 229(3):401-8

 

Eviter l’anesthésie générale : des avantages forts pour la récupération post-opératoire des patient(e)s

 

 

L’anesthésie générale induit pharmacologiquement une diminution de la ventilation spontanée, des réflexes de déglutition, de la tension artérielle que le corps récupère doucement au réveil. Elle peut également induire une désorientation et des troubles de la mémoire .

L’hypnosédation a par comparaison un retentissement minime sur les fonctions vitales.

Le Dr Aurore Marcou

 

 

Cette méthode est particulièrement adaptée pour les patients fragiles, très âgés ou présentant des comorbidités importantes qu’une anesthésie générale pourrait déstabiliser. Elle permet également d’éviter les désagréments du réveil tels que les nausées et les vomissements liés à l’anesthésie générale.

 

 

L’hypnosédation est une excellente alternative à l’anesthésie générale pour certaines patientes, leur permettant une meilleure récupération post-opératoire.

Le Dr Séverine Alran, chirurgienne à l’Institut Curie

 

 

 

Question de préférence… et de satisfaction

Toutes les hynosédations ne sont pas motivées par des raisons médicales :

 

 

La patiente peut évoquer spontanément la possibilité d’une chirurgie sous hypnose parce qu’elle en a entendu parler, ou c’est moi qui, selon la chirurgie que je pratique et la personnalité de la patiente, estime pouvoir la lui proposer.

Le Dr Séverine Alran, chirurgienne à l’Institut Curie

 

L’hypnose ne peut s’effectuer sans la pleine coopération du patient : elle n’est donc évidemment pas indiquée pour les personnes réfractaires à cette idée.

Le Dr Aurore Marcou

 

 

 

Une étude menée sur 47 patients par le Dr Aurore Marcou et le Dr Alain Livartowski, oncologue médical à l’Institut Curie, a permis de montrer que la satisfaction des patientes envers l’hypnosédation était excellente avec une note de 9,2 /10. 100% d’entre elles étaient prêtes à une nouvelle intervention sous hypnosédation (2).

 

Une évolution des pratiques pour les praticiens et le personnel soignant

 

L’hypnosédation implique une mobilisation de toute l’équipe médicale et une concentration supplémentaire de la part du chirurgien.

L’ambiance doit être calme et assez silencieuse au bloc pour que la patiente reste détendue et concentrée sur son hypnose. Il faut également parler peu et choisir ses mots, éviter tout terme anxiogène. Le geste chirurgical est la plupart du temps le même.

Par ailleurs, le réveil, avec toute la surveillance que cela suppose, n’est plus nécessaire. L’hypno-analgésie nous incite à évoluer dans certaines de nos pratiques et dans l’organisation de la prise en charge chirurgicale.

Le Dr Séverine Alran, chirurgienne à l’Institut Curie

 

 

 

Plus d'informations

Contact presse :

Catherine Goupillon-Senghor
Tél. : 01 56 24 55 23 / 06 13 91 63 63
E-mail : service.presse@curie.fr

Le site Internet de l'Institut Curie

 

 

(2) Marcou A, Livartowski A : Evaluation de la performance de l’hypnosédation en chirurgie ambulatoire. Congrès ENCC 2011.
(3) Maquet P et al. Functional neuroanatomy of hypnotic state.Biol Psychiatry. 1999; 45(3):327-33
(4) Demertzi A et al. Hypnotic modulation of resting state fMRI default mode and extrinsic network connectivity. Prog Brain Res. 2011;193:309-22
(5) Faymonville ME et al. Neural mechanisms of antinociceptive effects of hypnosis. Anesthesiology 2000 (92): 1257-1267.
(6) Rainville et al. Pain affect encoded in human anterior cingulate but not somatosensory cortex. Science 1997;277(5328):968-71.