Patients

Etre soigné dans un Centre de lutte contre le cancer

Découvrez notre démarche

Professionnels de santé

Découvrez ce qui constitue le modèle UNICANCER

Accédez à votre espace

Vous cherchez un Centre

Retrouvez les Centres de lutte contre le cancer sur l'ensemble du territoire

La recherche UNICANCER

La recherche UNICANCER dans le Groupe et dans les Centres

Découvrez notre activité

03/02/2017

Education thérapeutique du patient à l’Institut de cancérologie de Lorraine

A l’horizon 2020, on estime que près de 50% des traitements anticancéreux seront administrés par voie orale*. Afin de s’adapter à ces nouvelles modalités et proposer une prise en charge optimale, l’Institut de Cancérologie de Lorraine a développé un programme d’éducation thérapeutique (ETP) et un projet de parcours spécifique pour les patients traités par anticancéreux oraux.

Une version de ce texte a d'abord été publiée sur le site de l'ICL

L’éducation thérapeutique du patient en cancérologie

Selon l’OMS, l’éducation thérapeutique du patient « vise à aider les patients à acquérir ou maintenir les compétences dont ils ont besoin pour gérer au mieux leur vie avec une maladie chronique. Elle fait partie intégrante et de façon permanente de la prise en charge du patient ». L’éducation thérapeutique a ainsi pour objectifs de permettre au patient :

  • d’acquérir et/ou de maintenir des compétences d’autosoins (soulager les symptômes, prévenir les complications…)
  • de développer ses capacités d’adaptation face aux différentes situations auxquelles il peut être confronté au cours de son parcours de soin (se connaître soi-même, avoir confiance en soi, maîtriser son stress, s’observer, s’évaluer et se renforcer…).

 L’ETP trouve naturellement sa place en cancérologie, puisque l’amélioration de la prise en charge des patients, grâce au diagnostic plus précoce, à l’évolution des thérapeutiques et au développement des soins de support a permis de prolonger la durée de vie des patients ainsi que leur confort de vie.

Le programme d’éducation thérapeutique de l’ICL

Un Comité d’Education Thérapeutique a vu le jour en 2013, composé de personnel médical et paramédical formé à l’ETP (médecins, pharmaciens, diététiciennes, IDE, cadres, psychologue, préparatrice en pharmacie). Ce comité avait pour mission de construire un programme d’éducation thérapeutique à l’intention des patients traités à l’ICL par des médicaments anticancéreux administrés par voie orale.

Le comité a ainsi oeuvré pour la mise en place d’un programme d’ETP qui a été autorisé par l’Agence Régionale de Santé (ARS), et qui se décline en plusieurs étapes :

  • Un diagnostic éducatif individuel
  • Des séances ou ateliers d’ETP, animés par des personnes ayant reçu une formation spécifique
  • L’évaluation des compétences acquises et de la satisfaction du patient

Validé par l’Agence Régionale de Santé fin novembre 2016, le programme ETP de l’ICL se décline en plusieurs ateliers thématiques :

  • Mon traitement, je gère
  • Bouger pour ma santé
  • Plaisir de manger
  • Bien dans mon quotidien

Ce programme est proposé aux patients de l’Institut recevant un traitement anticancéreux par voie orale. Le libre choix de participation est laissé au patient.

 

Contact Presse

Dorothée Brunet-Lecomte - 03 83 59 86 05 - d.brunetlecomte@nancy.unicancer.fr

 

 

Parallèlement, l’ICL participe, en collaboration avec Oncolor et 4 autres établissements de la région, à un projet régional de formation des professionnels de santé de ville à l’ETP en chimiothérapie orale. Financé par l’Institut National du Cancer en réponse à un appel à projet, ce projet a pour but de former les professionnels de santé de ville (médecins, pharmaciens, IDE) à l’utilisation des anticancéreux oraux et à l’ETP, l’objectif étant à terme de construire un programme d’ETP régional privilégiant le lien ville-hôpital.

 *Selon l’étude « UNICANCER : Quelle prise en charge des cancers en 2020 ? », avec les traitements par voie orale et les chimiothérapies en hospitalisation à domicile, il sera de plus en plus possible pour le patient de soigner son cancer chez lui. D’ici à 2020 : la proportion de traitements médicamenteux par voie orale pourrait passer des 25 % actuels à 50 %, et les chimiothérapies intraveineuses pourraient diminuer de 25 %. 14% des chimiothérapies pourraient se faire en hospitalisation à domicile.