Patients

Etre soigné dans un Centre de lutte contre le cancer

Découvrez notre démarche

Professionnels de santé

Découvrez ce qui constitue le modèle UNICANCER

Accédez à votre espace

Vous cherchez un Centre

Retrouvez les Centres de lutte contre le cancer sur l'ensemble du territoire

La recherche UNICANCER

La recherche UNICANCER dans le Groupe et dans les Centres

Découvrez notre activité

17/09/2012

Cancers du sein métastasés : un essai clinique mené au Centre Léon Bérard met en évidence l’efficacité d’un nouveau traitement ciblé

Centre Léon Bérard, Centre de lutte contre le cancer, LyonPubliée en août dans le Journal of Clinical Oncology (JCO), revue internationale de la Société américaine d’oncologie clinique, une étude de phase II menée par le Dr Thomas Bachelot, médecin oncologue au Centre Léon Bérard (Lyon), montre que l’association d’une hormonothérapie et un inhibiteur de mTOR, Everolimus, dans le traitement des tumeurs du sein métastasées chez les femmes post-ménopausées prolonge la survie sans progression du cancer.

Ces résultats ont contribué à l’obtention, le 23 juillet dernier, d’une AMM sur le marché européen.

L’étude académique, coordonnée par le Dr Thomas Bachelot, oncologue médical au Centre Léon Bérard, centre de lutte contre le cancer de Lyon et Rhône-Alpes, et promue par le groupe coopératif national GINECO, a concerné au total 111 femmes dont l’âge moyen était de 64 ans.

Ces patientes étaient atteintes d’un cancer du sein hormonodépendant métastasé et devenu résistant à l’hormonothérapie en traitement de première ligne.

Dans le cadre de cet essai randomisé de phase II (1), 57 femmes ont reçu, en traitement de deuxième ligne, une hormonothérapie classique, les 54 autres se sont vu administrer cette même hormonothérapie associée à un l’inhibiteur de mTOR, une protéine qui joue un rôle important dans le métabolisme tumoral.

Les conclusions de l’étude montrent que les premières ont moins bien répondu au traitement que les secondes chez qui le temps de survie sans progression du cancer a été multiplié par deux.

 

 

 

Cette nouvelle association améliore le contrôle de maladie. L’hormonothérapie et l’inhibiteur de mTOR, une voie métabolique importante dans la cancérogénèse, est désormais une option supplémentaire pour le traitement de ces femmes. Cela permet de gagner 8,6 mois de survie sans progression au lieu de 4,5 avec la seule hormonothérapie. Cela peut paraître peu, mais ces dernières années, grâce à ce nouveau type de traitements, on gagne au final des années de survie, avec des effets secondaires moindres qu’une chimiothérapie classique qui était jusqu’à présent l’unique solution des malades hormonorésistantes.

Dr Thomas Bachelot, oncologue médical au Centre Léon Bérard

 

 

Les résultats positifs de cet essai clinique ont contribué à l’obtention de l’autorisation de mise sur le marché (AMM) européen de l’inhibiteur de mTOR, Everolimus, des laboratoires Novartis en Europe dans cette indication.

L’Everolimus est une thérapie ciblée actuellement déjà utilisée dans le traitement des cancers du rein et dans les tumeurs neuro-endocrines.

L’étude a été publiée le 1er août dans la revue américaine Journal of Clinical Oncology dont elle fait l’objet de l’éditorial, ce qui est exceptionnel si l’on considère que cet essai français a concerné seulement 111 femmes et souligne l’intérêt de ces résultats.

 

« Randomized Phase II Trial of Everolimus in Combination With Tamoxifen in Patients With Hormone Receptor-Positive,
Human Epidermal Growth Factor Receptor 2-Negative Metastatic Breast Cancer With Prior Exposure to Aromatase
Inhibitors : A GINECO Study ». Bachelot T, Bourgier C, Cropet C, Ray-Coquard I, Ferrero JM, Freyer G, Abadie-Lacourtoisie S,
Eymard JC, Debled M, Spaëth D, Legouffe E, Allouache D, El Kouri C, Pujade-Lauraine E.
J Clin Oncol. 2012 Aug 1;30(22):2718-24. Epub 2012 May 7

Lire l’article en ligne

(1) Un essai de phase II permet de déterminer la tolérance et l’efficacité du traitement

 

Plus d'informations

Contact Presse - Centre Léon Bérard :

Nathalie Blanc & Maryline Céa
Tél. : 04 78 78 51 43/51 86
E-mails : nathalie.blanc@lyon.unicancer.frmaryline.cea@lyon.unicancer

Le site Internet du Centre Léon Bérard