Patients

Etre soigné dans un Centre de lutte contre le cancer

Découvrez notre démarche

Professionnels de santé

Découvrez ce qui constitue le modèle UNICANCER

Accédez à votre espace

Vous cherchez un Centre

Retrouvez les Centres de lutte contre le cancer sur l'ensemble du territoire

La recherche UNICANCER

La recherche UNICANCER dans le Groupe et dans les Centres

Découvrez notre activité

28/02/2013

Cancers colorectaux : l'Institut Curie innove en proposant une prise en charge très précoce des patients

Institut CurieAlors que débute « Mars bleu », la campagne annuelle de sensibilisation au dépistage du cancer colorectal, l’Institut Curie annonce l’ouverture de consultations dédiées à la prévention et à la détection précoce d’éventuelles tumeurs digestives.

Objectif : prendre en charge les patients le plus tôt possible pour les faire bénéficier d’une palette de soins complète et ainsi améliorer leur survie.

D’incidences variables, les cancers digestifs progressent principalement en raison de l’augmentation des cas de cancers colorectaux.

 

Des consultations précoces à Paris et à Saint-Cloud

Dans les centres de lutte contre le cancer, les patients étaient traditionnellement pris en charge après le diagnostic.

« Grâce à la mise en place depuis septembre 2012 de consultations dédiées, nous offrons la possibilité aux patients d’être suivis très précocement, tout au long de leur parcours en leur proposant une offre de soins complète » explique le Dr Barbara Dieumegard, gastro-entérologue et oncologue digestif, responsable de ces nouvelles consultations à l’Institut Curie.

Ainsi plus de 80 patients ont déjà pu bénéficier de ce dispositif innovant pour un centre de lutte contre le cancer.

Au cours de ces séances ouvertes à tous, le Dr Barbara Dieumegard transmet des conseils nutritionnels et sensibilise à l’importance de l’activité physique.

Certaines personnes viennent dans le cadre du dépistage national du cancer du côlon ou encore parce qu’elles sont porteuses d’une prédisposition génétique particulière. Pour chacune, l’examen de dépistage le plus approprié est proposé.

« Ces consultations constituent une véritable porte d’entrée vers une prise en charge précoce et globale, gage d’un meilleur pronostic car elles permettent un accès rapide au diagnostic, endoscopie ou radiologie (échographie, colo-scanner), et si nécessaire à des consultations d’oncogénétique », précise le Pr Emmanuel Mitry, directeur médical thématique « digestif, urologie, gynécologie », gastroentérologue et oncologue digestif.

 

Le mois de Mars se pare de bleu

A l’image d’ « Octobre rose », dédié aux cancers du sein, la campagne « Mars bleu » sensibilise depuis 2008 la population au programme national de dépistage précoce du cancer colorectal. Généralisé en 2009, ce dernier s’adresse aux hommes et aux femmes âgées de 50 à 74 ans.

Concrètement, ces derniers se voient proposer un test de recherche de sang dans les selles, suivi d’une coloscopie en cas de positivité du test. Cependant ce dispositif n’est pas assez suivi par la population. Pourtant, la mortalité de ce cancer pourrait être réduite de 15 à 20 % si 50 % de la population concernée participait au programme de dépistage organisé.

À l’Institut Curie le dépistage est désormais mis en place dans le cadre de ces consultations précoces.

« Notre action s’inscrit clairement en droite ligne de l’objectif de réduction de la mortalité. Il importe de repérer d’éventuelles lésions précancéreuses le plus tôt possible afin de pouvoir offrir rapidement aux patients les techniques et les traitements de pointe dont nous disposons » souligne le Pr Emmanuel Mitry.

 

Des cancers digestifs en hausse

La France fait partie des pays à incidence élevée de cancer colorectal. Le vieillissement de la population et les modifications des modes de vie (apports caloriques trop élevés, activité physique réduite, etc.) ont favorisé l’augmentation depuis les années quatre-vingt.

Aujourd’hui, le cancer colorectal est le troisième cancer le plus fréquent et le deuxième en terme de mortalité après le cancer du poumon.

L’incidence des autres cancers digestifs est également impactée par l’augmentation du nombre de personnes âgées.

En particulier, le cancer du canal anal, pour lequel l’Institut Curie réunit toutes les expertises médicales, concerne 2 fois sur 3 des personnes de plus de 65 ans.

 

Plus d'informations

Contact presse :

Catherine Goupillon-Senghor
Tél. 01 56 24 55 23

E-mail : service.presse@curie.fr

Le site Internet de l'Institut Curie

UNICANCER se mobilise pour Mars Bleu