Patients

Etre soigné dans un Centre de lutte contre le cancer

Découvrez notre démarche

Professionnels de santé

Découvrez ce qui constitue le modèle Unicancer

Accédez à votre espace

Vous cherchez un Centre

Retrouvez les Centres de lutte contre le cancer sur l'ensemble du territoire

La recherche

La recherche à Unicancer

Découvrez notre activité

06/07/2020

ABLE02 : une nouvelle étude lancée par le Centre Léon Bérard sur l’efficacité d’un programme d’activité physique chez des patientes atteintes d’un cancer du sein métastatique

Lyon – 2 juillet 2020 - Améliorer et maintenir la qualité de vie des femmes atteintes d’un cancer du sein métastatique reste une préoccupation majeure. Dans ce cadre, une toute nouvelle étude interventionnelle nommée ABLE02 a donc été lancée dernièrement au Centre Léon Bérard (CLB) et ouvrira progressivement dans d'autres établissements français. Elle vise à mesurer l’impact et les effets de l’activité physique auprès de patientes atteintes d’un cancer du sein métastatique, à l’aide d’une montre connectée et d’une application.

 

S’il existe de nombreuses publications sur les avantages de l'activité physique pour les femmes atteintes d'un cancer du sein localisé, il existe très peu de données pour les femmes atteintes d'une maladie métastatique. Cette observation a donné lieu, dans un premier temps, à l’élaboration d’une étude préliminaire nommée ABLE visant à évaluer la faisabilité d'une intervention en activité physique adaptée à l'aide d'une montre connectée chez des patientes atteintes d'un cancer du sein métastatique. Aujourd’hui, le Centre Léon Bérard lance une deuxième étude, ABLE02, ayant pour objectif de confirmer, grâce à une cible plus large, le réel bénéfice de l’activité physique adaptée chez ces femmes.

 

De l’étude de faisabilité ABLE vers l’étude ABLE02

Les résultats d’ABLE ont montré la faisabilité et l'importance d'offrir un exercice sur mesure à ces femmes afin qu’elles puissent mener une vie active le plus longtemps possible. Cette étude pilote a donc été testée auprès de 49 femmes et a pu démontrer des résultats satisfaisants avec un taux de participation de 94% des femmes sollicitées et un taux d'adhésion des patientes au programme d'activité personnalisé basé sur des séances de marche, extrêmement élevé (96%). L’équipe en charge du projet a ainsi constaté une véritable capacité de ces femmes à pratiquer de l’exercice. Ces résultats encourageants devraient être confirmés dans une étude plus large : ABLE02.

 

ABLE02 : une étude de plus grande envergure

ABLE02 comparera le niveau d'activité physique, la qualité de vie, la fatigue ainsi que d'autres paramètres, des femmes qui portent une montre connectée à celles qui n'en portent pas, ceci auprès d’un plus grand nombre de patientes. Dans le cadre de cette étude qui se déroulera dans plusieurs établissements en France, plus de 240 patientes seront inclues dans deux groupes différents, de façon aléatoire. Les patientes du groupe « intervention » utiliseront une montre connectée et une application afin de s'assurer des bienfaits et du potentiel que peut avoir une activité physique régulière chez les femmes atteintes de cancer du sein métastatique, traitées par chimiothérapie de première intention. Le second groupe "témoin" disposera des recommandations internationales en activité physique et ne disposera pas de montre connectée.

 

Comment se déroule l’étude ABLE02 ?

Les patientes qui acceptent de participer à l'étude ABLE02 seront réparties dans deux groupes bien distincts :

  • Dans le groupe « intervention », chaque patiente recevra une montre connectée, lui permettant de connaître ses pas quotidiens, son niveau d'activité physique et sa qualité de sommeil. Les participantes devront pour cela, télécharger une application développée spécifiquement dans le cadre de cette étude. Les participantes pourront remplir les questionnaires directement sur l'application, suivre leur activité physique et également répondre à des quiz interactifs hebdomadaires sur l'activité physique et la nutrition. Enfin, elles auront également la possibilité d’interagir avec un enseignant en activité physique adaptée ou un attaché de recherche clinique par le biais d’une messagerie sécurisée. Chaque femme se verra attribuer un objectif de pas hebdomadaire personnalisé en fonction de ses capacités. Le but étant d'effectuer trois séances de marche par semaine et ce pendant six mois.

 

  • Dans le groupe « témoin », les patientes recevront les recommandations internationales en activité physique et pourront également répondre aux questionnaires directement sur l'application ABLE02. Elles pourront enfin contacter les personnes de l'étude via la messagerie sécurisée si elles le souhaitent.

 

Une équipe pluridisciplinaire

Ce projet pluridisciplinaire rassemble différents experts : le Docteur Olivier Trédan, oncologue médical, en est l’investigateur principal. Il est entouré par des spécialistes issus de différentes équipes de recherche du CLB, dont la chercheuse en activité physique adaptée, Lidia Delrieu. Également, plusieurs autres équipes universitaires et hospitalières ont décidé de prendre part à ce projet innovant. Cette étude est enfin le fruit de collaborations industrielles d’une part avec l’entreprise Nouveal, qui développe l’application mobile dédiée à l’étude et d’autre part avec Withings, pour les montres connectées. Ce projet est financé par la Fondation ARC et Janssen Horizon et soutenu par le groupe GINECO (Groupe d'Investigateurs National des Etudes des Cancers Ovariens et du sein) société savante française s’intéressant aux cancers gynécologiques.

 

Lidia Delrieu, chercheuse au sein du Département Prévention Cancer Environnement du Centre Léon Bérard : « Il existe peu de données au niveau mondial sur l’activité physique en lien avec le cancer du sein métastatique et de nombreuses recherches sont encore nécessaires. Ce programme est un programme souple et personnalisé et on espère démontrer un réel bénéfice de l’activité physique auprès des femmes avec un cancer du sein métastatique. Nous espérons encourager les patientes à pratiquer une activité physique dès le diagnostic pour améliorer leur qualité de vie, leur condition physique ainsi que différentes autres dimensions. De manière plus générale, ce type de dispositif permettrait aux patients qui ne sont pas proches d’un lieu de pratique en activité physique, de réaliser tout de même des exercices en toute autonomie et avec l’accompagnement de professionnels. L’étude ABLE02 est multicentrique et impliquera plusieurs autres établissements en France. Aujourd’hui, une dizaine de centres ont montré leur intérêt pour l’étude et nous sommes ouverts avec plaisir si d’autres organisations souhaitent rejoindre l’aventure ABLE02. »

 

Lire le communiqué de presse